Attention ! Cet événement a déjà eu lieu !

Informations pratiques

  • Gratuit
  • Archive
  • A propos de Les Anonymes

    Vernissage le jeudi 10/10 de 18h00 à 20h00.
    L’exposition sera accessible du lundi au vendredi de 10h00 à 16h00.

    L’exposition « Les Anonymes » réunit quatre artistes bruxellois autour de la question de la place de l’individu lorsqu’il se fond dans la masse. Dans la multiplicité des identités, on ne peut plus distinguer les individus. Ils perdent leur individualité, disparaissent pour ne garder que leurs caractéristiques premières presque brutes. Ils deviennent alors des silhouettes et des êtres sans nom déambulant qui forment un tout.

    « Tou.te.s pour un.e, un.e pour tou.te .s » de David de Coster
    C’est une série d’auto-portraits décalés entre album photos de classe et appropriation d’identités.
    Nous sommes tous des petits garçons en rose. Nous sommes toutes des petites filles en bleu. Nous sommes tous des rois d’Angleterre. Nous sommes toutes férues de mécanique. Nous sommes tous plus sensibles. Nous sommes tous des danseurs de ballet. Nous sommes toutes des footballeuses. Nous sommes tous des hommes à couettes. Nous sommes toutes des femmes à barbe. En somme, nous sommes tou.te.s un peu de tout

    Œuvres de Sander de Wilde
    Sander de Wilde aime utiliser toutes les techniques graphiques comme la taille douce, la gravure sur lino ou encore la lithographie. Il exploite à travers la gravure, cette liberté de représentation que la photographie, dont il fait son métier, ne lui permet pas. Il en résulte une oeuvre figurative expressive, entre Art Brut et Cobra, dans lequel on découvre des espaces fantasmés et des êtres sans noms y déambulant.

    «Polymorphous» d’Ophélie Lhuire
    La se?rie de dessins «Polymorphous» expose une vision poe?tique et de?licate de personnages en re?interpre?tant leurs gestes du quotidien. Ces corps sans visage nous apparaissent modelés par des étreintes fusionnelles, par la déformation ou la fusion de leurs membres. L’échange ne se situe plus au niveau du regard mais s’établit avec leur nouvelle allure, où formes corporelles et états émotionnels jonglent et se confondent de façon imaginative et irréelle.

    « Mon nom est la foule » de Catherine Minala
    Catherine Minala est photographe. Française établie depuis 1994 à Bruxelles, elle en explore boulevards, rues, ruelles et impasses avec une idée fixe en tête : capturer la ville, ses habitants et ses visiteurs, à travers les instants les plus signifiants. Il y a trois ans, elle s’est mise à dessiner avec la même idée fixe : saisir la dynamique de la ville et l’état des rapports humains. Des foules sont ainsi créées par amoncellement d’individus afin de faire naître une impression de grouillement, sans aucun souci d’objectivité ou de réalisme.

    Commentaires

    Cliquez pour evaluer
    Encore 0 caractères avant d'envoyer
    En cochant cette case vous acceptez la politique de vie privée ainsi que les conditions générales de Out.be.
    Auteur : ()
    Deconnectez-vous pour changer de profile
    Afficher plus de commentaires

    Autres événements : Centre Culturel de Schaerbeek

    Autres événements : Expo

    Autres événements : Schaerbeek

    Recommandations